Trame

Laselec présentera une nouvelle technologie au Bourget, objectif : doubler son chiffre d’affaires

 

UV laser wire markers offer permanent and non-damaging identification:

 

Spécialiste du marquage de câble au laser UV, l’entreprise toulousaine Laselec s’apprête à se lancer sur le marché du dénudage de câble. Un marché porteur qu’elle souhaite conquérir avec une technologie innovante qui sera présentée lors du Salon du Bourget  (17-23 juin). Laselec entend ainsi doubler son chiffre d’affaires. Mais la société ne s’arrête pas là, elle prévoit également pour 2013 de lever 1,5 M€ et de se renforcer à l’international avec l’ouverture d’un bureau en Chine.

 

Après un exercice 2012 de 5,1 M€, auquel s’ajoute les 2,7 M$ de sa filiale américaine, l’entreprise entend doubler son résultat en 2015 et atteindre 10,2 M€ de chiffre d’affaires. Pour supporter cette montée en puissance, Laselec va procéder à une levée de fonds de 1,5 M€ dans le courant de l’année. « Nous finalisons le business plan », précise Éric Dupont, son PDG. Fondée en 2001 par quatre ingénieurs de chez Thales, Laselec conçoit, fabrique et commercialise des machines de marquage de câble au laser UV, « un marché de niche sur lequel nous allons nous maintenir, mais dont la progression sera faible en 2013 », explique le PDG.

 

Salon du Bourget
Soucieuse de trouver de nouveau gisement de croissance, la société a presque doublé ses efforts en R&D depuis 2010. À l’époque, Laselec réinvestissait 7 % de son chiffre d’affaires dans la R&D contre 13 % en 2012. Sur les 34 salariés de la société à Toulouse, dix se consacrent à l’innovation. « Des efforts qui se concrétisent en 2013 », selon Éric Dupont, avec la commercialisation d’une solution d’aide au câblage ainsi qu’une nouvelle technologie de dénudage de câble au laser.

 

Laselec entend conquérir « ce marché à fort potentiel » avec sa solution brevetée. Cette technologie innovante car portative viendra concurrencer les autres machines disponibles sur le marché, « trop volumineuses » selon Eric Dupont. Cette innovation qui répond aux besoins des clients de Laselec, issus à 95 % du secteur aéronautique, sera présentée au Salon du Bourget (du 17 au 23 juin). Laselec compte parmi son portefeuille de clients les grands donneurs d’ordre tels qu’ Airbus, Bombardier, Embraer ou encore Eurocopter. Laselec réalise ainsi plus de 80 % de son chiffre d’affaires à l’export et emploie 15 personnes à l’étranger dans ses différents bureaux et filiales.

 

Renforcer sa présence sur le marché asiatique
Installé dès 2004 au Texas, la société toulousaine a ensuite ouvert une filiale au Mexique. En 2012, ce sont deux bureaux de supports de clients qui ont ouverts, au Maroc et au Japon. Désormais, Laselec va concentrer ses « efforts sur la Chine, un marché sur lequel nous ne sommes pas assez présents mais qui va se développer considérablement », estime Éric Dupont. Une entité devrait voir le jour à Pékin ou Shanghaï vers la fin de l’année.

 

La répartition géographique de son chiffre d’affaires varie selon les années mais se décompose ainsi : 20 à 40 % sur le continent Américain, 20 à 40 % entre l’Asie, l’Afrique et l’Océanie, et le reste en Europe. À raison de 30 à 40 machines produites par an dans les 1 600 m2 de locaux à Toulouse, Laselec estime son parc de machines à 250 à travers le monde.

 

Un nouveau laser, cinq à six fois plus productif
Devenu un des leaders mondiaux, Laselec conserve une particularité que n’ont pas ses concurrents. L’entreprise toulousaine conçoit et fabrique elle même son laser, « le cœur du système, ce qui permet une maîtrise totale de la machine », affirme Éric Dupont. Un avantage concurrentiel que Laselec cherche à maintenir. L’entreprise travaille déjà sur le développement d’un laser cinq à six fois plus productif. Lancé dans le cadre d’un appel à projet collaboratifs, le projet Vésuve devrait aboutir en 2015.

 

Objectif News
http://www.objectifnews.com

 

10 avril 2013