Trame

Laselec met le cap sur l’Asie et l’Amérique

 

Le concepteur de machines de marquage des câbles au laser a mis sur le marché deux nouveaux produits. Objectif : diversifier sa clientèle et accroître sa présence à l’international.

 

« À travers nos nouveaux produits, nous ciblons naturellement l’aéronautique, secteur pour lequel nous travaillons encore majoritairement, mais également le spatial, le médical et tout secteur industriel utilisant des câbles complexes et techniques », annonce Éric Dupont, le P-dg de Laselec. Sa société spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de machines de marquage de câble par laser UV commercialise depuis cet été Sylade 7, un système laser de dénudage, et EasyWiring, une table de câblage interactive. « Concernant Sylade 7 dont la technologie est brevetée, l’idée était d’apporter une solution aux clients rencontrant des difficultés pour dénuder des câbles en leur proposant un produit non seulement adapté mais également compact », détaille le dirigeant. Près de trois années de R&D auront été nécessaires, pour un produit présenté comme étant de haute technologie. Investissement ? « Environ un million d’euros tout compris. Le programme a démarré en 2010 par un cofinancement d’Oseo à l’époque puis nous avons bénéficié d’un prêt à taux zéro auprès de bpifrance », précise Éric Dupont avant d’annoncer les premières commandes pour Sylade 7 : « La Chine, la Russie et également les États- Unis sont intéressés. » Quant à la table de câblage interactive EasyWiring, la société toulousaine a travaillé à sa réalisation pendant deux ans. « Du personnel a été recruté spécifiquement et des évolutions du produit sont d’ores et déjà prévues pour l’enrichir », souligne l’entrepreneur. Pour l’instant Laselec annonce une commande venant des États-Unis. « Si EasyWiring a été bien accueillie lorsque nous l’avons présentée au salon du Bourget, les commandes sont un peu plus longues à concrétiser. Contrairement à d’autres produits, nous devons davantage échanger avec les clients », poursuit Éric Dupont qui espére élargir sa clientèle à l’occasion du salon Productronica en novembre à Munich.

 

Un projet collaboratif
En parallèle, l’entreprise qui compte cinquante salariés participe, en partenariat avec Amplitude Systems, Cristal Laser, Alphanov, Innoptics et IMS, au projet collaboratif Vesuve dans le cadre du FUI (fonds unique interministériel). L’enjeu : réaliser une machine de marquage laser à haute cadence – jusqu’à six fois plus productive que celles existant actuellement. Démarré en 2012, Vesuve devrait se terminer à l’horizon 2015.

 

80 % de l’activité réalisé à l’international
Collaborant avec les principaux fabricants d’aéronefs mondiaux (Airbus, Boeing, Bombardier, Changhe Aircraft, Eurocopter, Gulfstream, Mig, Shanghai Aircraft ), Laselec compte aujourd’hui deux filiales, à Dallas au Texas et à Querétaro au Mexique. « Nous réalisons en moyenne 80 % de notre activité à l’international. Il n’y a que l’année dernière où ce pourcentage est descendu à 50 % car nous avons concrétisé plus de ventes qu’habituellement en France en raison du renouvellement de matériels chez nos clients », explique Marie-Line Clémençon-Laval, la directrice commerciale de Laselec. La société mise aujourd’hui sur l’Asie et le continent américain. « Au-delà des États-Unis et du Mexique, nous travaillons au Brésil pour Embraer et Libras, mais aussi au Canada pour Bombardier ou encore en Argentine où nous avons vendu notre première machine cette année. » Bénéficiant d’un bureau supports clients au Japon, suite à l’envoi soutenu par la Région Midi-Pyrénées d’un VIE à Nagoya, Laselec entend également intensifier ses partenariats avec des distributeurs en Asie et notamment en Chine. « Nous avons prévu l’ouverture d’une antenne avec un stock de pièces de rechange dans les locaux de notre distributeur à Beijing et Shanghai. Notre responsable de zone supervisera l’équipe composée de deux personnes depuis Nagoya, puis, en fonction de l’évolution du marché, l’envoi d’un VIE ou d’une personne de Laselec pourrait être envisagé », complète la responsable commerciale. La PME, qui est aussi présente en Inde, entend élargir son portefeuille aux pays environnants avec la vente récente d’une première machine en Corée. En 2012, l’industriel toulousain a réalisé 5,1 millions d’euros de chiffres d’affaires. « Une croissance est attendue pour cette année mais elle devrait surtout être visible en 2014 -2015 du fait de l’arrivée récente de nos nouveaux produits sur le marché, souligne Marie-Line Clémençon-Laval. Le renouvellement des machines vendues il y a plusieurs années devrait également se faire à partir de l’année prochaine. »

 

Laselec (Toulouse) Dirigeant : Éric Dupont 50 salariés (dont 36 à Toulouse) CA 2012 Laselec : 5,1 M€ (hors filiales) 05 82 95 05 50 www.laselec.com

 

« Il faut créer des relations de confiance »

Laselec était au Bourget, vous serez en novembre à Munich pour Productronica. Les salons font partie de votre stratégie de développement ?
L’export étant fondamental dans notre activité, nous participons chaque année à six salons internationaux en moyenne. En 2013, nous avons par exemple été à Moscou pour le MAKS Airshow et nous irons à Las Vegas pour le NBAA, Business aviation convention & exhibition.

Vous revenez d’une mission de prospection en Suède et Norvège. Est-ce votre premier déplacement dans cette région ?
Non. Nous y recherchons des distributeurs mais ce n’est pas évident. D’autant plus que les pays scandinaves sont des petits marchés. Il y a une relation de confiance à créer. Cela prend parfois du temps.

C’est pour cette raison que vos commerciaux parlent couramment l’anglais bien entendu mais aussi le russe ou encore l’espagnol ?
Oui, car il est fondamental de bien pratiquer la langue du pays et de connaître sa culture. Par exemple, l’embauche à Toulouse d’une responsable de zone parlant le russe, l’ukrainien et le polonais nous a permis de concrétiser des ventes là-bas et d’y développer notre réseau de distributeurs.

 

Etapes
2001 Création de Laselec SA
2003 Implantation d’un bureau aux États-Unis, devenu filiale l’année suivante
2011 Création d’une filiale au Mexique et d’un bureau au Maroc
2012 Implantation au Japon
2013 Implantation en Chine

 

Le Journal des Entreprises

04 octobre 2013