Trame

Laselec: Le laser UV au pays du Soleil levant

Marquage laser: L’entreprise a fait du marché asiatique un axe stratégique: elle vient d’ouvrir des bureaux au Japon suite à la conquête de nouveaux clients dont Mitsubishi. Laselec cherche également à se diversifier en se développant dans le secteur ferroviaire.

De nombreuses bobines de câbles sur des étagères, d’autres rattachées à des machines, l’activité bat son plein dans l’atelier Toulousain de Laselec. L’entreprise conçoit, fabrique et commercialise des machines de marquage laser UV. Une technologie qui s’exporte bien. Elle a en effet ouvert cet été des bureaux à Casablanca (Maroc) et à Osaka (Japon). « Nous sommes sur un marché de niche, on ne peut pas se permettre d’ignorer une zone géographique. Au Japon,  il y a une activité aéronautique importante notamment avec Boeing », justifie Éric Dupont, le P-dg de laselec.
L’implantation de la PME a également été motivée par des contrats importants avec de nouveaux clients. Au premier rang desquels, Mitsubishi et l’un de ses sous-traitants, Sanyu. La société nippone a commandé une machine de 29 bobines, équipée de deux lasers, le haut de gamme de Laselec. Mitsubishi a autorisé Sanyu a procédé à une commande semblable. Autre exemple: Jamco, spécialisé dans la maintenance aéronautique et les intérieurs d’avions, a décidé de tester Laselec avec l’acquisition d’une machine. Si elle est satisfaite, l’entreprise pourrait remplacer son parc par des produits Laselec en 2012-2013. Parmi ses autres clients au Japon, la PME toulousaine compte aussi FHI (Fuji Heavy Industries).
Au total, le Japon représentera, en 2011, 15 % du chiffre d’affaires de Laselec (qui variera entre 7.5 et 8 M€), ce qui fait du marché asiatique un axe stratégique de développement. « Nous allons mettre l’accent sur l’Asie. Entre le Japon, la Chine et l’Inde, c’est une marché d’avenir », fait remarquer Marie-Line Laval, la directrice commerciale. L’entreprise travaille d’ailleurs avec l’Inde depuis six ans.Via ses partenaires locaux, elle a accès à des clients tels que Hal, une socété aéronautique d’État. Chez Laselec, l’international ne se résume pas pour autant à la seule Asie. Près de 80 % du chiffre d’affaires de Laselec est réalisé à l’export dont un tiers par la filiale américaine, installée au Texas. Avec des bureaux au Mexique, la PME couvre tout le continent américain.

Pour s’imposer sur le marché de l’industrie laser, Laselec mise sur une technologie développée par ses équipe de R&D dès 1989. « Dans l’aéronautique, les normes exigent que les câbles soient identifiés sur tout leur longueur », rappelle Éric Dupont. Ils peuvent être marqués par des techniques de frappe à chaud mais le laser UV présente certains avantages que le P-dg ne manque pas de souligner.  « Le marquage est non agressif pour l’isolant, indélébile, il résiste aux solvants et il n’y a pas de risque d’endommager le câble. » La durée de vie d’un avion se situant autour de 30 ans, les opérations de maintenance sont nombreuses. Notre système de marquage permet aux entreprises de gagner 30 à 40 % de productivité car elles passent moins de temps à cabler », affirme-t-il.
La PME possède un porte-feuille d’une trentaine de cleints dans le secteur de l’aéronautique: Airbus et ses sous-traitants mais aussi son concurrent Boeing ou encore Bombardier, Embraer pour ne citer que les plus importants.

Vers le ferroviaire.
Laselec souhaite également se développer dans d’autres secteurs. « Notre technologie peut s’appliquer aux métros et aux tramways », fait remarquer Éric Dupont. La société s’interesse tout particulièrement au secteur ferroviaire. Pour l’instant des contacts sont établis avec Alstom, la SNCF et Bombardier.
Conjugué au développement sur le marché asiatique, ce début de diversification hors aéronautique doit permettre à Laselec de gagner des parts de marché sur son principal concurrent, le Britannique Spectrum. L’entreprise prévoit une croissance à deux chiffres en 2012 et une envolée en 2013. Elle compte bien marquer de son laser l’histoire du câble.

Le journal des entreprises  N° 49

04 novembre 2011