Trame

Au Bourget, Laselec présente sa technologie de dénudage de câble laser

 

Laser wire marking equipment for a permanent and non damaging mark:

 

La société toulousaine spécialisée dans le marquage de câble au laser UV présente au Salon du Bourget une technologie innovante sur le marché porteur du dénudage de câble. Un nouveau positionnement soutenu par la levée de 1,5 M€ en 2013 alors que Laselec souhaite renforcer sa présence sur le marché asiatique.

 

Fondée en 2001 par quatre anciens ingénieurs de Thales, Laselec a enregistré un chiffre d’affaires de 5,1 M€ en 2012, auquel s’ajoutent les 2,7 M€ de sa filiale américaine. Pour l’entreprise haut-garonnaise, cette 50e édition du Salon du Bourget est l’occasion de présenter une nouvelle technologie, résultat d’une stratégie de développement fondée sur la R&D. Avec sa solution portative, Laselec entend conquérir « ce marché à fort potentiel » du dénudage de câble au laser, selon Éric Dupont, son PDG.

 

Cette innovation répond aux besoins des clients de la société issus à 95 % du secteur aéronautique. Un nouveau positionnement qui doit permettre à Laselec de poursuivre son développement alors que l’entreprise va se maintenir le marché du marquage de câble au laser UV, « un marché de niche dont la progression sera faible en 2013 », explique le PDG, Éric Dupont.

 

Se développer à l’export
Installée dès 2004 au Texas, la société toulousaine a ensuite ouvert une filiale au Mexique. En 2012, ce sont deux bureaux de supports de clients qui ont ouvert, au Maroc et au Japon. « En 2012, l’export n’a représenté que 50 % du chiffre d’affaires car nous avons beaucoup vendu en France du fait du renouvellement du matériel chez Airbus. Mais en temps normal, l’export constitue plus généralement 70 à 80 % du CA global », assure Marie-Line Clémençon-Laval, directrice commerciale de Laselec depuis 2006.

 

Membre des Conseillers du commerce extérieur de la France, Marie-Line Clémençon-Laval, s’investit énormément dans le développement de ce secteur de l’économie française et a permis à son entreprise d’exister sur le marché international. Sur 34 salariés, l’équipe commerciale dédiée à l’export compte 6 personnes entre la France, le Japon et les États-Unis, mais 15 personnes travaillent pour Laselec à l’étranger.

 

Renforcer sa présence sur le marché asiatique
Désormais, Laselec va concentrer ses efforts sur la Chine, « un marché sur lequel nous ne sommes pas assez présents mais qui va se développer considérablement », estime Éric Dupont. L’objectif est d’y ouvrir un bureau dans l’année. Une entité devrait voir le jour à Pékin ou Shanghaï vers la fin de l’année. La répartition géographique de son chiffre d’affaires varie selon les années mais se décompose ainsi : 20 à 40 % sur le continent Américain, 20 à 40 % entre l’Asie, l’Afrique et l’Océanie, et le reste en Europe. Laselec envisage ainsi de doubler son CA d’ici 2015.

 

Un laser 5 à 6 fois plus productif
À raison de 30 à 40 machines produites par an dans les 1 600 m2 de locaux à Toulouse, Laselec estime son parc de machines à 250 à travers le monde. Devenu un des leaders mondiaux, Laselec conserve une particularité que n’ont pas ses concurrents. L’entreprise toulousaine conçoit et fabrique elle même son laser, « le cœur du système, ce qui permet une maîtrise totale de la machine », affirme Éric Dupont. Un avantage concurrentiel que Laselec cherche à maintenir. L’entreprise travaille déjà sur le développement d’un laser cinq à six fois plus productif. Lancé dans le cadre d’un appel à projet collaboratifs, le projet Vésuve devrait aboutir en 2015. Ce dernier vise à réaliser un laser UV de fiabilité industrielle à haute cadence pour les applications de marquage industriel.

 

Paul Périé

©photo Rémi Benoit

 

En savoir plus:

Marie-Line Clémençon-Laval a été lauréate de La Tribune Women’s Awards Objectif News 2013 dans la catégorie International.
Elle a fait partie de la promotion du 1er janvier 2012 de la Légion d’honneur. Les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur lui ont été remis le 29 mars 2013 par la ministre Sylvia Pinel.

Objectifnews
www.objectifnews.com

17 juin 2013